La démocratie par le sticker

Réflexion sur les outils du design de l’action publique.

image

Acteurs et rôles

Joachim Prompsy – Initiative du projet.

Contexte

Dans le cadre de mes études en design, j’ai l’habitude de représenter les idées desquelles on débat pour permettre à tous les interlocuteurs de s’y projeter et de les manipuler ensemble. Cette représentation influence souvent l’auditoire, l’amène à s’intéresser à certains aspects de l’idée, qu’un trait ou un détail du dessin souligne involontairement.

En tant qu’artiste opérant dans l’espace public, j’ai constaté que chacune de mes interventions est en réalité prétexte à faire émerger localement une discussion qualitative ; avec des personnes d’horizons très différents, qu’ils soient ou non impliqués dans la vie de leur quartier.

Problématique

Le graffiti a-t-il droit de cité dans la palette du designer ?

Parti pris

Je tente de voir ce qu’offre l’investiture d’un mur dans l’espace public en terme de représentation de l’action citoyenne, et dans le même temps comme un outil de conception de cette action.

Action

Je choisi des espaces-clés dans la ville, avec beaucoup de passage et dans des quartiers où se croisent sans forcément se mélanger des populations différentes. J’organise un vote où chaque bulletin est matérialisé par un sticker, et dont le résultat est rendu visible instantanément. Il est important d’être à la fois transparent sur l’intention de l’action, en créant un effet d’annonce, et sur le fond : les passants votent pour savoir qui va figurer sur le mur.

Le deuxième jour, j’interviens avec de la peinture, soit en dessinant les passants, soit en dessinant ce que les passant me disent de dessiner, à partir d’un catalogue de formes découpées placée sur un panneau représentant la façade. Sans que personne ne s’en rende vraiment compte, chacun à son échelle est en train de s’investir dans son quartier de façon très concrète et surtout très visible.

Métholdologie

Immersion dans le parcours existant :

Création d’un outil graphique venant appuyer le propos et créer le cadre pour légitimer et définir l’action, et d’un contrat de principe, signé par les riverains et les commerçants. Implication directe des acteurs ciblés, retranscription photographique.

Observations

La légèreté du scrutin permet d’accepter les votes les plus extrêmes et de faire l’expérience d’une expression complètement ouverte sans craindre de conséquences néfastes. Je remarque que du fait de cette absence de peur, personne ne remet en cause l’action alors qu’elle apparaît illégitime, alors que pour le moins elle est illégale. J’en déduit que d’une façon générale, l’exploitation des doutes n’est rendue possible que par leur existence chez le sujet qui entreprend l’action.

Effort / Résultat

2 fresques réalisées sur 4 jours, interaction avec plus de 100riverains et passants. Création d’une ambiance de convivialité qui participe à l’identité de la rue, et a favorisé l’implantation de boutiques culturelles (librairies, boulangerie alternative).