Chez Gégé

Street flammekueche !

image

Acteurs
et rôles

Graffeurs fréquents sur le terrain – Participation à l’action, diffusion.
Commerçants – Légitimation de l’action, participation gracieuse.
Office du tourisme de Montreuil – Visiteurs, inclusion du lieu dans le patrimoine graffiti.
Action auto-organisée.

Contexte

L’inauguration
du nouveau centre commercial dans le quartier de la mairie et
l’arrivée du tramway font monter les prix de l’immobilier à
Montreuil. Les quelques espaces en friche qui subsistent dans le
centre-ville vont bientôt se transformer en projets immobiliers.
Parmi eux, celui qu’on appellera désormais « Chez Gégé ».

Parce
qu’ils ne sont soumis à aucune forme de contrôle, les terrains
vagues sont des espaces d’expression libre et d’inspiration pour les
membres de la communauté du graffiti. On vient y prendre le pouls de
l’activité dans la ville : quels acteurs, quels styles, quelles
tendances ? Pour un cercle d’initiés, ils sont d’importants
carrefours culturels.

Il
est, pour beaucoup d’acteurs du milieu, inconcevable d’imaginer un
« musée du graffiti ». Cette pratique éphémère, en
mouvement perpétuel, est par essence intimement liée à son
contexte.  La figer, la sortir de l’espace urbain serait lui retirer
son principal intérêt. Pour autant, peu de personnes ont accès à
ces endroits privilégiés.

Problématique

Quel
rôle les « temples du graffiti » ont-ils à jouer dans
la lutte pour l’égalité d’accès à la culture ?

Parti
pris

Je
tente de sortir la culture de son contexte muséographique et de
l’image qui l’incarne dans l’imaginaire commun, de la montrer comme
elle est dans la pratique.

Action

Je
dévisse les palissades et invite des amis à faire un barbecue dans
le terrain vague. L’événement est ouvert aux curieux, chacun étant
libre de s’approprier l’espace visité comme il l’entend, pour ne pas
dénaturer le lieu en lui retirant son statut d’espace de liberté. À
l’issue de l’événement, une fenêtre est créée, permettant
d’avoir un aperçu partiel de ce qu’il s’y passe depuis la rue.

Méthodologie

Captation
vidéo du processus.

Observations

Lors
de l’événement, nous n’étions pas dans l’optique de donner des
informations quant au statut du lieu, nous y passions simplement une
après-midi. Le fait d’ouvrir n’a donc pas complètement  détruit la
barrière entre la rue et le monde du graffiti, mais à tout juste
permis aux passants de voir ce qu’il était.

Le
fait de bénéficier d’un espace dont les usages ne sont pas définis
est très important. Ils laissent la place de se projeter au dessus
de ce qu’on est sensé y faire, car ce qu’on est sensé y faire
n’existe pas. Nous donnons à voir le lieu de façon brute, sans
grille de lecture, car c’est un espace flou, majoritairement
constitué de vide.

Efforts/
Résultats

Travail
de deux mois. L’office du tourisme de Montreuil organise des visites
guidées axées sur le graffiti. Les balades passent systématiquement
par la rue de l’Église, d’où les promeneurs peuvent admirer les
œuvres sans déranger les artistes.