La place du marché

Association
de lutte contre le gaspillage alimentaire.

image

Acteurs
et rôles

Joachim
Prompsy, Gabriel Salles, Max Meliani, Luisa Almedia, Lucas Pavoni,
Zoé Caïe – Étude et réalisation graphique.
Barbara
Szaniecki – Enseignante et directrice d’atelier à l’ESDI Rio –
Encadrement pédagogique.
Abu
– Organisateur des actions du FIST : Frente International dos
Sem-Tento – Conseils
Maria-Lisa
– Espaço para meditaçao SOL – Distribution de nourriture
et conseils.

Cible

Personnes
en réinsertion, ayant des difficultés sociales ou financières.

Contexte

Rio,
qui a déjà accueilli la coupe du monde en 2014, est en plein
changement structurel à l’approche des jeux olympiques. Certains
quartiers entiers sont entièrement en rénovation. Depuis les
émeutes de 2014, où les manifestant demandaient que l’argent
dépensé dans la coupe du monde de football soit investi dans
l’éducation et la santé, les pouvoirs publics ont un tout petit peu
adapté leurs méthodes, et certaines actions de concertation
citoyenne ont été organisées dans la ville.

Pour
l’arrivée des jeux olympiques, un des enjeux majeurs pour la
préfecture est réduire la misère visible à Rio. Pour cela, une
unité de police spéciale a été créée, elle s’appelle « zéro
déchets ». Elle fonctionne sur le principe de la taxation,
notamment sur les marchés de fruits et légumes, où les commerçants
qui partent sans ranger sont punis.

Problématique

Quelles
seraient les méthodes les mieux adaptées à la réduction des
déchets et de la pauvreté à Rio ?

Parti
pris

Nous
choisissons de travailler autour du déchet alimentaire dans les
marchés de fruits et légumes, en relation avec plusieurs
associations de lutte contre la précarité.

Action

Nous
concentrons notre enquête de terrain sur un marché précis,
établissant un premier contact avec les commerçants par le dessin
d’observation. Nous effectuons ensuite des interviews auprès des
agents de la ville, des commerçants, des clients, prenons note des
contraintes liées aux déchets, des acteurs déjà présents, ainsi
que d’éventuelles solutions. Nous trions et hiérarchisons les
solutions listées, avant de les mettre en forme graphiquement et de
recevoir un premier retour sur le terrain. À la suite d’un vote,
nous validons la piste d’une soupe distribuée à prix libre dans un
véhicule mobile.

La
seconde partie du projet consiste à développer l’identité visuelle
d’une association fictive, d’établir son mode de fonctionnement,
puis d’expérimenter la récolte des légumes telle que nous l’avons
imaginée dans le contexte réel. Nous développons également un jeu
de société, matériel de sensibilisation pour les membres de
l’association autour duquel discuter de façon informelle du problème
du gaspillage alimentaire dans sa globalité ou d’expliquer leur
action.

Méthodologie

Enquête
de terrain et entrevues pour que les solutions émergent des acteurs
concernés, vote, développement d’une identité graphique,
expérimentation du processus choisi en situation.

Observations

C’est
un exemple d’utilisation des outils du design pour permettre à nos
partenaires de résoudre par eux-même les problèmes auxquels ils
sont confrontés, d’améliorer leurs produits, performances, identité
ou cadre de vie.

Résultat/
Effort

Travail
de trois mois avec 5 autres personnes, une récolte de nourriture a
été réalisée avec succès. Les personnes interrogées ont trouvé
l’identité visuelle cohérente, ont compris le concept et le
fonctionnement de l’association.