La Voie Est Libre !

Éco-festival
sur l’autoroute A86.

image

Acteurs
et rôles

Joachim
Prompsy  – Organisation de fresques participatives, participation
au co-pilotage du festival.
Cathy Lamri –  Chargée de mission à
la mairie de Montreuil sur « La voie est libre ».
Organisation, mise en place du réseau.
Khader
Guerroudj – Support organisationnel et diffusion, Antenne de
quartier Lenain-Tillemont.

Contexte

Montreuil
est une ville de 100 000 habitants coupée en deux par l’autoroute
A86, une frontière symbolique que les piétons ne peuvent traverser
qu’à quelques endroits, dans des espaces sordides destinés à
n’être empruntés que par les voitures. La partie haute, la plus
éloignée de Paris, n’est pas desservie par le métro et souffre
donc d’autant plus de cet isolement.

Par
ailleurs, la ville se compose de populations issues de milieux
sociaux, ethniques et culturels très variés, dont la porosité est
un des enjeux majeurs pour le bien commun à Montreuil. Les modalités
de rencontre entre ces populations ne sont pas vraiment établies.
Notamment du fait de la proximité avec Paris, une grande partie des
habitants situe sa vie sociale dans un cercle géographique extérieur
à celui du quartier, ce qui n’est pas pour faciliter les moment
d’échange.

« La
voie est libre » est un éco-festival qui a lieu annuellement
sur l’autoroute A86, rendue piétonne sur deux kilomètres pour
l’occasion, réunissant toutes sortes d’activités artistiques et
culturelles et toutes les populations de Montreuil. Son objet est
d’encourager
la réappropriation de l’espace public dans une démarche
permettant d’entamer une transition écologique, en mettant en
valeur les ressources humaines et naturelles des territoires
concernés par la participation active des citoyens à l’événement.
La
fréquentation n’a cessé d’augmenter jusqu’à avoisiner les 30.000
personnes lors de sa précédente édition.

Chaque
année, des street-artists sont invités à peindre une fresque
géante pendant le festival. Lors de cette 6ème édition, les
visiteurs pourront eux aussi participer à l’œuvre collective.

Problématique

Comment
créer le cadre nécessaire au bon déroulement d’une fresque
participative, malgré l’important flux de personnes ?

Parti
pris

Nous
choisissons d’encadrer l’action avec des dispositifs « guides »,
pour obtenir un résultat qualitatif.

Action

Nous
mettons à disposition un mur pour les adultes, et construisons une
palissade pour les enfants. Nous faisons des pochoirs géométriques
pour structurer la fresque, que chacun pourra choisir de placer à
l’envie, et sur lesquels seront peints des motifs.

Méthodologie

Conception
d’après les plans, récupération de matériaux, gestion des
bénévoles.

Observations

L’événement
s’est très bien passé, la fresque a complètement rempli son rôle.
Cependant, les graffeurs locaux boycottent le festival, faute d’avoir
été invités de façon officielle sur le mur, et voient d’un
mauvais œil les invités extérieurs investissant les très prisé
murs d’autoroutes. Un défi pour la prochaine édition ?

Effort / Résultat

Équipe de 5 pour l’organisation de la fresque et la fabrication des modules, 10 bénévoles le jour de l’événement. 50 participants, enfants comme adultes.