Chapitre 4 : Le laboratoire technologique de la nuit debout.

Nous nous retrouvons au Black Trombone, rue Jules Vallès, pour
une réunion pleine d’énergie, où le débat navigue entre des questions techniques, pratiques et philosophiques.

image

Nous avons hiérarchisé les besoins auquel devra répondre l’outil, par ordre de priorité :

  1. Besoin de s’exprimer, de se sentir faire partie du mouvement même à distance.
  2. Appuyer
    les problématiques qui nous tiennent à cœur et avoir une compréhension
    globale des préoccupations et des sujets bouillants.
  3. Débattre les idées exprimées, les faire évoluer de façon construite et compréhensible.
  4. Donner son positionnement de façon claire par rapport au sujet débattu, comprendre la diversité des opinions exprimées.

Nous décidons d’utiliser un concurrent open source de Stack Overflow
pour la nuit debout, car celui-ci répond au deux premiers besoins
listés. Nous choisissons de le modifier en fonction des retours de la
communauté. Mais comment amorcer une première adoption de l’outil, afin
d’en expérimenter les capacités à échelle réelle ?

image

Un
atelier de réflexion collective a été mené place de la République le 18
avril, dont l’objectif était de tisser des liens entre les participants
et de faire émerger des propositions structurelles pour le mouvement
nuit debout. Après une présentation des règles du jeu par l’équipe
organisatrice, les 120 personnes se sont réparties en groupes de 30 pour
discuter des quatre thématiques proposées (objectifs et direction,
valeurs et vision, prise de décision et légitimité, fonctionnement en
interne). D’après les organisateurs, les retours ont été positifs, les
membres d’horizons différents n’ayant jusqu’à présent pas eu de cadre
suffisamment défini pour se rencontrer et construire ensemble un projet
commun.

Je propose de continuer l’atelier, mais cette fois-ci
avec une retranscription en direct de l’avancée des débats, via notre
plateforme adaptée au besoin de s’exprimer et d’appuyer les
problématiques qui nous tiennent à cœur. Les sujets soulevés par les
participants seront complétés, enrichis et discutés sur internet pendant
plusieurs jours par la communauté, avant le lancement d’un nouvel
atelier qui devrait pouvoir s’en servira comme d’une base de réflexion.

image