Brief

Décembre 2016, je reçois un appel de Pascal Mage, président de l’association Murs à Pêches à Montreuil, pour qui j’avais réalisé une oeuvre pendant l’été. Il me propose un service civique pour tenir à jour le blog. 

Un mois plus tard, j’accepte la proposition assiste à une réunion tenue à la maison de quartier Marcel Cachin par un groupe de travail du conseil de quartier Paul Signac – Murs à Pêches. Je débarque en observateur dans un débat qui m’échappe : les participants sont réunis pour discuter de la rédaction d’une lettre ouverte à Patrice Bessac, maire de Montreuil, lui demandant le retrait d’un projet immobilier sur le site. J’y apprends l’existence d’un concours organisé par la société du Grand Paris : “Inventons la métropole du grand Paris”, dans le cadre duquel deux hectares de terrain vont être vendus à des promoteurs, pour la construction de logements et d’un pôle d’économie sociale et solidaire.

image

Usine EIF, photo utilisée par la société du grand Paris sur le site du concours “inventons la métropole”.

Le projet porte un nom : réhabilitation de l’usine EIF, et voici la présentation qu’en donne le site internet de l’appel à projet.

La reconversion de l’usine EIF et de ses abords présente un fort enjeu de régénération urbaine, au sein d’un ensemble paysager unique. La transformation du site de 1,9 ha sera un catalyseur de la valorisation patrimoniale, culturelle et agricole du quartier des Murs-à-Pêches, territoire emblématique de l’histoire horticole du plateau de Montreuil. A l’articulation de quartiers d’habitat social, de lieux de détente et d’équipements structurants, il bénéficiera de nouvelles mobilités avec les prolongements de la ligne de tramway 1 et des lignes de métro 1 et 11, renforçant son attractivité à l’échelle métropolitaine. 

Les participants au groupe de travail pointent plusieurs problèmes à la lecture de l’appel à projet. Premièrement, le site proposé représente une surface de 1,9 hectare, soit 19 000 m² sur lesquels seuls 4076 m² sont bâtis. Une partie de la surface fait partie du site classé en 2008 au titre de monument et patrimoine, elle représente à peu près 3900 m² inconstructibles. Les promoteurs pourront donc construire sur environ 11 000 m² de terrain de parcelle historique des Murs à Pêches.

image

Un autre problème, c’est que le PLU de la ville sera mis en compatibilité avec le projet retenu, alors que c’est précisément ce document qui est sensé réglementer les constructions. Dans le même temps, une grande campagne de concertation est menée par la municipalité depuis quelques mois, en communicant la promesse d’un choix possible : “quels quartiers veut-on ?” Les habitants impliqués dans les deux projets se sentent pris en otages d’une campagne de communication municipale. Même si – après quelques recherches – l’adaptation du PLU en vue d’accueillir un projet immobilier est une pratique courante et légale, elle est ici considérée comme une violation morale de cette promesse.

Par ailleurs, certaines associations et petites entreprises artisanales

actuellement présentes sur le site de l’usine EIF ont à la fois signé la lettre ouverte et participé à l’appel à projet duquel elles demandent le retrait. Cette position les mets en porte-à-faux ces structures vis-à-vis des membres de leur groupement, des co-signataires de la lettre, et légitimité. Voici l’extrait d’un mail de Frèdéric, pour l’association “Sens de l’Humus” adressé à ce sujet à ses partenaires :

La logique actuelle est le faire et l’occupation, et généralement à des fins lucratives, si on ne fait pas, si on n’occupe pas ou si ça n’a pas de valeur lucrative directe, on considère que c’est mort ou que ça n’a pas d’intérêt. Il serait temps de penser que la vie a existé avant nous et qu’elle a toutes les chances d’exister après, surtout si nous continuons allègrement, comme c’est le cas, à détruire les écosystèmes qui nous ont permis d’apparaître.

Je suis désolé de cette forme de mon propos un peu véhémente, mais je pense que venir, avoir des projets sur ce site engage et nous engage. Et ça me semble important de marquer ça fortement. Nous pensons globalement que le projet du groupement peut être compatible avec l’esprit du site, c’est pour ça que nous nous y sommes rattaché, mais nous pensons aussi que les enjeux actuels le dépasse et c’est aussi pour ça que nous participons à ce courrier et à la défense de ce site.