Bic Hydrogen

Ce
projet a duré quatre mois, il a été réalisé à l’ENSCI – Les
ateliers, en partenariat avec l’entreprise Bic.

Bic
envisage de lancer sur le marché une pile fonctionnant à
l’hydrogène, qui servirait à recharger le petit électronique de
façon nomade. Beaucoup d’éléments sont déjà définis : cartouche
jetable, circuit imprimé, ventilateur, port USB. Le partenaire
cherche une interface qui donnerait à cet objet du quotidien une
valeur d’icône, à l’image du briquet, du stylo et du rasoir.

Je
m’inspire des gestes d’ouverture les plus communs et les plus
incitatifs, partant du principe qu’un objet ne devient iconique que
s’il est adopté massivement. L’utilisateur éclate la pellicule de
sécurité de la cartouche à usage unique et découvre le port USB
en un seul geste violent dont le son ne laisse aucun doute quant à
la sûreté du dispositif.


Untitled

En reprenant la forme du briquet, je créé un objet improbable, qui rentre dans ce que j’appellerais “l’esthétique Bic”, issue de la culture formelle des ingénieurs français des années 1990, à mi chemin entre le fonctionnalisme de l’époque moderne et un futurisme démodé. Étrangement, la plupart de nos objets sont issus de ce courant qui reflète également un système de valeur : “efficacité, rapidité, simplicité”. Cette vision fait donc partie intégrante de notre quotidien, et transforme également notre façon d’appréhender le monde. Changer l’échelle d’un objet culte quand on dessine un nouveau produit pour la même marque, c’est questionner ses évidences, exposer à la fois leur force et leur fragilité.


Untitled

La modélisation 3D


Untitled

Je sculpte des poignées en terre dans le but de pouvoir les manipuler, de jauger leur force suggestive et de faire des croisements pour améliorer la forme finale du système d’enclenchement.


Untitled